Tony Allen, gardien de l’afro beat

Tony Allen, gardien de l’afro beat

On l’a connu aux côtés de Fela Anikulapo Kuti, le roi de l’Afro Beat. Ce rythme métronomique, c’était lui, Tony Allen batteur historique du génial saxophoniste nigérian, inventeur d’une musique qui mélangeait soul et funk américain, Highlife du Ghana, le tout saupoudré de pas mal de jazz… Cette musique allait marquer des générations, et, aujourd’hui encore, on trouve des groupes qui joue de l’afro beat en France, aux Etats Unis, au Japon…

A plus de 70 ans, Tony Allen vient de signer sur le prestigieux label de jazz Blue Note. Après un EP en hommage au batteur Art Blakey et aux Jazz Messengers, The Source, son dernier album, mêle habilement jazz et afro beat. Entouré de la jeune garde du jazz français, secondé sur un titre par Damon Albarn, Tony Allen signe sans doute l’album de la maturité, de l’affirmation de ce que nous savions déjà : Tony Allen a sa place aux côtés des grands batteurs de l’histoire du jazz.

Patrick Duval, programmateur musical du festival.

TONY ALLEN_ JEUDI 7 DECEMBRE_ LA NEF_ infos et réservations

Pour prolonger la découverte, assistez à la sieste musicale «Musiques du monde et jazz, mariage de raison : quelques exemples d’unions fécondes. », présentée par Patrick Labesse, journaliste collaborateur du journal Le Monde, responsable de la Cabane du Monde au Rocher de Palmer, mercredi 6 décembre à 15h à la Nef_ infos et réservations.

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée.